NFSDans un précédent article, nous avons décrit la mise en place d’un serveur NFS comme première brique logicielle dans la configuration d’un réseau local avec des profils itinérants et une authentification centralisée. Passons maintenant à la deuxième brique, le montage des partages NFS sur les postes clients.

Prérequis

Le serveur et les postes clients doivent impérativement être synchronisés via NTP, faute de quoi on peut s’attendre à toute une série de dysfonctionnements bizarres.

$ ntpq -p
  remote            refid st t when poll reach delay offset jitter
===================================================================
*amandine.microl 95.81.173.155 3 u 24 64 377 0.134 -86.943 144.533
 LOCAL(0)        .LOCL.       10 l 31 64 377 0.000 0.000 0.000

Même si ce n’est pas strictement nécessaire, c’est une bonne idée de démarrer les clients en mode console par défaut, le temps de tout mettre en place.

$ sudo systemctl set-default multi-user.target

Installation

Installer la panoplie d’outils NFS et leurs dépendances.

$ sudo yum install nfs-utils

Si l’on a désactivé l’IPv6 sur le serveur, il faut impérativement reconstruire le disque mémoire initial, sous peine de se retrouver avec un service RPC (Remote Procedure Call) qui refuse obstinément de démarrer.

$ sudo dracut -f -v

Pour plus de détails, consulter les explications sur cette page.

Configuration

Renseigner le domaine local dans /etc/idmapd.conf :

[General]
# Verbosity = 0
# The following should be set to the local NFSv4 domain name
# The default is the host's DNS domain name.
Domain = microlinux.lan

Gestion

Activer et démarrer le service RPC.

$ sudo systemctl enable rpcbind
$ sudo systemctl start rpcbind

Montage manuel des partages NFS

Pour la suite des opérations, on va se connecter en tant que root. Le poste client ne doit plus disposer d’aucun compte utilisateur « commun mortel ».

Vérifier si les points de montage /home et /data sont bien vides.

# ls /home
# ls /data

Monter les partages NFS à la main.

# mount -t nfs4 amandine.microlinux.lan:/home /home
# mount -t nfs4 amandine.microlinux.lan:/data /data
  • L’option -t nfs4 n’est pas strictement nécessaire. La commande mount comprendra qu’il s’agit d’un partage NFS.
  • Le nom d’hôte du serveur (amandine) peut très bien être invoqué sans le nom de domaine (microlinux.lan).

La syntaxe suivante est donc parfaitement valable.

# mount amandine:/home /home
# mount amandine:/data /data

Montage persistant des partages NFS

Vérifier le contenu de /home et de /data. Une fois que tout semble correct, on peut rendre le partage persistant en l’inscrivant dans /etc/fstab comme ceci.

amandine.microlinux.lan:/home /home nfs defaults,_netdev 0 0
amandine.microlinux.lan:/data /data nfs defaults,_netdev 0 0
  • L’option _netdev indique au système qu’il s’agit d’un disque réseau et qu’il doit au moins attendre d’être connecté pour le monter.

La rédaction de cette documentation demande du temps et des quantités significatives de café espresso. Vous appréciez ce blog ? Offrez un café au rédacteur en cliquant sur la tasse.

 


2 commentaires

Configurer un client NFS sous CentOS 7 - My Tiny Tools · 30 mars 2019 à 21 h 01 min

[…] (Source: Journal du hacker) […]

Configuration d’un Serveur et d’un client NFS sous CentOS – Blog du Yayien · 9 mai 2019 à 21 h 22 min

[…] hhttps://www.microlinux.fr/client-nfs-centos-7/ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.