Wordwide Open Cyber Security AssociationIl y a quelques jours, j’ai été contacté par Erick Bullier, un ami linuxien de longue date, qui m’a invité à rejoindre l’association WOCSA (Worldwide Open Cyber Security Association). Pour l’anecdote, j’ai rencontré Erick en 2003 aux Solutions Linux à Montpellier, lorsque ce genre d’événement n’était pas encore monopolisé par les costards-cravates, mais plutôt peuplé par un joyeux ramassis de barbus à sandales et de sweats à capuche.

Erick est un ancien militaire qui a fait les paras, et je me rappelle encore aujourd’hui l’impression mémorable qu’il nous avait laissée. À l’époque il administrait les serveurs Debian de l’Armée de Terre, et il nous a présenté en détail le pare-feu Iptables sous Linux. Tout le monde l’écoutait religieusement, ce qui tenait non seulement au fait que ce qu’il avait à nous dire était très intéressant, mais aussi parce qu’il faisait un peu peur aux gens. À la fin de la conférence, on entendait des bruits de respiration dans la salle, et je crois que les gens attendaient quelque chose comme rompez.

Aujourd’hui, Erick dirige la société montpelliéraine Sciurus Conseil, qui est la continuation de sa passion pour la cybersécurité. Non content de cela, Erick dirige le chapitre français de WOCSA, qui en est à ses débuts en France.

Hier soir nous avons donc eu une première réunion à Montpellier, dans les locaux de l’entreprise Devensys pour parler des buts et des motivations de WOCSA ainsi que de son fonctionnement. En résumé, le but de WOCSA est de faire partager les bonnes pratiques en matière de cybersécurité, et de les rendre accessibles à un public pas forcément composé de techniciens. La mission de WOCSA, c’est d’expliquer et d’éduquer, et les sujets abordés peuvent être extrêmement variés, vu que la cybersécurité est un champ très (!) vaste. Cela peut aller de la bonne génération et gestion d’un mot de passe à la protection de ses données lorsqu’on se déplace jusqu’aux conseils fournis à une TPE qui souhaite se mettre en conformité avec le RGPD.

La motivation derrière tout cela est avant tout humaniste. Nous sommes un groupe de passionnés de cybersécurité, et nous voulons tout simplement rendre le fruit de notre travail accessible au plus grand nombre, notamment le public qui peine à obtenir ces informations.

Si vous souhaitez participer activement à cette action – en tant qu’entreprise ou en tant que particulier – venez rejoindre le chapitre français de l’association WOCSA. Vous pouvez télécharger le bulletin d’adhésion sur cette page.

 

 

 

Catégories : News

5 commentaires

Batard Florent · 20 février 2019 à 8 h 39 min

Bonjour !
Dans le concept cela se veut plus large que l’OWASP ?
Au niveau organisationnel cela a l’air de se ressembler beaucoup

    kikinovak · 20 février 2019 à 10 h 32 min

    Je propose de poser la question à Erick, qui est beaucoup plus calé sur ce sujet.

Erick · 20 février 2019 à 11 h 06 min

Merci Nico, de me tendre le micro 😉
Bonjour Florent.
Oui, le périmètre des sujets traités et plus large. Les objectifs divergent un peu également (nous nous concentrons davantage sur la sensibilisation de terrain) même si l’OWASP nous inspire beaucoup.
C’est une association solide, qui apporte beaucoup et qui génère du contenu et des outils utiles et de grandes qualité.
Notre action peut se voir comme étant complémentaire de celle de l’OWASP.
Nous prendrons d’ailleurs toujours garde à ne pas aller sur des sujets ou leur compétence n’est plus à démontrer 😉
Dernier point et non des moindres, la cible première de WOCSA est aujourd’hui le monde francophone .

Adminrezo · 20 février 2019 à 18 h 18 min

Bonjour,

Le sujet m’intéresse.
L’association est-elle principalement basée à Montpellier ? Est-ce qu’il y a des membres parisiens ?
Il y a déjà des publications de parues ? Ou les trouver ?

Merci

    Erick · 21 février 2019 à 9 h 24 min

    Bonjour. Le siège de l’association et du chapitre français est basé à Montpellier.
    C’est à la fois historique et très agréable 😉
    L’adhésion de membres parisiens est en cours. C’est difficile parce que l’offre associative et les dynamiques sont légions sur Paris et nous peinons à convaincre de nos différences.
    Nous espérons fédérer suffisamment d’intérêt pour créer des relais dans certaines villes de France. Chacun de ces relais pourra disposer d’une certaine autonomie dans le but d’animer les actions de l’association dans son espace d’influence.
    Paris est la première ville concernée, évidemment. Sont également à l’étude actuellement Bordeaux, Lyon et Angers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.